WET : Ces signes qui prouvent que votre vin a tourné

Voici quelques étapes pour vous rendre compte que votre vin a tourné ou pas :

Étape 1 : Examiner la position du bouchon

Tout d’abord, regardez où se trouve le bouchon. S’il est légèrement bombé du haut de la bouteille, c’est le signe que le vin WET a pu souffrir de dommages causés par la chaleur, ce qui signifie que ses arômes ne seront pas aussi fruités et délicats qu’ils devraient l’être. Cependant, un bouchon surélevé est également un signe que le vinificateur a peut-être mal fermé la bouteille. Si ce problème se pose le plus souvent pour les producteurs qui utilisent des bouchons synthétiques ou bon marché, il arrive que même les vins les plus précieux du monde soient concernés. Une mauvaise fermeture peut soit donner l’impression que le bouchon a trop d’espace autour de lui, soit qu’il est si serré que vous avez du mal à le retirer de la bouteille. Dans le premier cas, le vin sera probablement oxydé prématurément ; trop d’oxygène s’infiltrera trop rapidement dans la bouteille, ce qui fera vieillir le vin et le gâtera en très peu de temps. Dans le second cas, c’est le contraire qui se produit. Le vin ne reçoit pas assez d’oxygène avec le joint ferme, ce qui l’empêche de vieillir lentement et de développer de nouvelles saveurs.

Étape 2 : Analyser l’enveloppe du vin

En plus du bouchon, regardez le creux du vin (l’espace entre le bouchon et le vin). Dans un vin jeune, le liquide semble presque toucher le bouchon, et généralement, plus le creux est élevé, plus le vin est en bon état lorsque vous ouvrez la bouteille. Dans les vins de plus de 15 ans, le creux peut commencer plus bas, en haut de l’épaule de la bouteille, mais si le liquide descend en dessous de l’épaule supérieure, c’est généralement un signe d’oxydation prématurée.

Faites confiance à vos sens de la vue, de l’odorat et du goût

Ce n’est pas parce que le bouchon et le creux semblent normaux que le vin est forcément en bon état. Le vin pourrait avoir un défaut qu’il n’est pas facile d’identifier en regardant la bouteille seule. Suivez ces quatre étapes après avoir ouvert la bouteille et avant de prendre votre première gorgée.

Étape 1 : Vérifiez la base du bouchon

Lorsque vous retirez le bouchon de la bouteille, vérifiez sa base (la partie qui touche le vin) ; elle ne doit être que légèrement tachée par le liquide. Les bouchons qui semblent avoir absorbé une quantité importante de vin ou qui s’effritent au toucher sont des signes possibles que le vin a mal tourné pendant le stockage. Les bouchons détrempés sont ceux qui n’ont pas été bien scellés à la bouteille, laissant le liquide s’infiltrer sur les bords. De même, les bouchons qui s’effritent ne sont pas assez denses pour protéger le vin de l’oxydation, ce qui augmente la probabilité d’un vin gâché. Cependant, il faut garder à l’esprit que certaines vieilles bouteilles de vin, en particulier les vins fortifiés comme le porto, ont naturellement des bouchons effrités. Les bouchons s’usent avec le temps, alors ne vous inquiétez pas trop si le bouchon d’une bouteille de 50 ans s’effrite un peu. Le vin qui se trouve à l’intérieur est probablement parfait.

Étape 2 : Examinez la couleur

Versez-vous un verre et regardez la couleur ; elle doit ressembler à celle des autres vins de cette variété et de cette région, avec de légères variations de teinte. Par exemple, le Cabernet Sauvignon peut aller d’un rubis brillant à un violet d’encre selon le producteur, le millésime et le lieu de production. Cependant, si le vin est brun ou fauve, cela devrait vous faire réfléchir. La coloration brune est un signe d’oxydation dans les vins rouges et blancs de toutes les variétés. Cependant, c’est une couleur normale dans les vins vieillis et c’est en fait un signe que le vin a bien vieilli. En règle générale, si le vin n’a pas plus de quelques années, il ne devrait pas avoir l’air fauve ou brun du tout, mais si le vin a quelques décennies, cette couleur est un bon signe.

Étape 3 : Sentir le vin

Quant à l’odeur, le bouquet de votre vin variera en fonction de la variété, du style et de l’âge. Par exemple, il n’est pas rare de sentir une note de basse-cour légèrement funky dans les assemblages de Côtes du Rhône. Ce n’est pas un défaut grave du vin. A des niveaux faibles ou modérés, il est tout à fait normal, voire souhaitable, dans ces vins. Les odeurs anormales sont celles de moisissure, de papier journal mouillé, de chien mouillé ou de vinaigre ; ce sont les signes d’un vin bouché ou d’un vin qui a atteint sa date d’expiration naturelle. Un autre mauvais signe est l’odeur de fruits cuits dans un vin très jeune. Cet arôme ne se développe généralement que lorsqu’un vin vieillit, donc si vous l’identifiez dans un vin qui n’a qu’un an ou deux, c’est un signe que le vin a été exposé à trop d’oxygène beaucoup trop rapidement.

Étape 4 : Goûter le vin

Même si vous passez cette étape et que votre vin semble et sent encore normal, vous n’êtes pas encore tout à fait sorti du bois. Il est temps de goûter le vin. Tout vin qui a un goût très fade ou qui a un fort goût de vinaigre ou de produits chimiques s’est détérioré pendant le stockage. Vous pouvez le repérer facilement car vous n’aurez pas envie de prendre plus d’une gorgée de vin. D’autres signaux d’alarme sont moins évidents et moins désagréables, mais tout aussi problématiques. Par exemple, un vin rouge sec ne doit jamais avoir un goût sucré, et s’il en a un, il a probablement souffert d’une exposition à la chaleur. Les vins tranquilles ne devraient jamais avoir de carbonatation ; si c’est le cas, c’est le signe que le vin a subi une fermentation secondaire en bouteille.

Goûter du vin bouchonné ou du vin présentant un autre défaut grave n’est pas l’expérience la plus agréable, mais il est peu probable que cela vous nuise. Vous pouvez boire sans danger du vin qui a mal tourné pendant la conservation – si vos papilles gustatives le supportent.